Particuliers

Devenez entrepreneur
de votre vie.

Entrez

Entreprises

Entrepreneur avec vous,
Coach pour vous !

Entrez

Consultants

Développez votre puissance pour
exceller sur le terrain.

Entrez

Intelligence collective par Jean TAILLARDAT

De quoi parle-t-on ?

  1. L’intelligence, d’abord, sa définition
    1. Faculté de connaître, de comprendre
    2. Ensemble des fonctions mentales ayant pour objet la connaissance conceptuelle et rationnelle
    3. Aptitude (d’un être vivant) à s’adapter à des situations nouvelles, à découvrir des solutions aux difficultés qu’il rencontre
  2. Mon choix
    L’intelligence est la faculté d’adaptation, de création et d’innovation qui fait appel à l’ensemble des capacités d’un être vivant.
    Ce qu’elle n’est pas : une fonction mentale. Ce serait nier toutes les façons qu’a un organisme vivant de percevoir son environnement, de se percevoir et de choisir la réponse la plus adaptée. Ce qu’elle n’est pas : la reproduction par l’instinct réparti (les fourmis, les abeilles,…). Il n’y a pas d’intelligence sans conscience.
  3. Rôle de l’intelligence
    Elle est d’assurer la survie, le confort et le déploiement de la Vie dans une complexité croissante (néguentropie).
    Assurer la pérennité de l’espèce humaine, car il y a un moteur qui dépasse chaque espèce : la course de la matière vers la vie et la complexité.
  4. Les composantes de l’intelligence
    1. Les intelligences multiples de Gardner
    2. Les huit intelligences de Peter Koestenbaum
    3. Les logiques de fonctionnement de Maurice Legrand

L’intelligence collective

  1. Définition
    « L’intelligence collective est la faculté qu’a un ensemble humain de transformer son environnement par sa façon de le considérer et de l’aborder » Jean Taillardat
  2. « De l’intelligence du monde à l’intelligence collective », l’intelligence collective primitive : les Hopis. « Un travail de « pensée » effectué avant, pendant et après la mise en œuvre d’une action, doit permettre de nourrir la vision partagée de ce qui va être réalisé, où cela va être réalisé, quand et par qui, mais aussi et surtout de faire « justement » les choses, à savoir en accord avec le corps social qui a la charge de sa réalisation et l’espace naturel (vivant) dans lequel il s’inscrit. »
  3. « Par-delà l’intelligence collective, la conscience collective. La science moderne nous expose à la fin de la dualité A – non A. L’introduction quantique du tiers inclus nous pousse à intégrer la transdisciplinarité dans nos regards sur le monde. Le monde n’est pas l’individu, ou le social, ou l’intelligence individuelle, ou l’intelligence collective, ou le scientisme, ou le symbolisme, il est tout à la fois. L’évolution de l’humanité est une auto-transcendance. C’est tout le problème du rapport entre l’éveil individuel et l’éveil collectif qui est au centre de notre évolution possible. Et l’évolution aujourd’hui ne peut être que celle de la conscience… La révolution aujourd’hui ne peut être qu’une révolution de l’intelligence, transformant notre vie individuelle et sociale en un acte esthétique autant qu’éthique, l’acte de dévoilement de la dimension poétique de l’existence. »

Les conditions de l’Intelligence Collective

  1. L’appartenance, domaine du « cerveau limbique »
    1. Des liens affectifs de fraternité : la conscience d’appartenir au monde du vivant, d’être en lien intégral avec lui autant qu’avec sa communauté d’action (exemple des hopis ou des groupes projets exploitant la totalité des intelligences)
    2. La confiance grâce à une égalité vécue (pas de relations de « pouvoirs sur »). Tous les concours ont la même valeur intrinsèque, chaque contribution est utile, aucune n’est inutile.
    3. Des rythmes communs, de la synchronicité. Le temps est intégré comme une dimension à la fois intellectuelle et cosmique. Tout est vibration et particule.
  2. L’activation des talents ou intelligences multiples. Le scientisme et son rationalisme fermé nous ont coupé des autres dimensions de notre relation au monde. Le réel nous étant définitivement caché, Le mieux que nous puissions faire est de l’aborder avec la totalité de notre conscience, qui est à la fois raisonnable, relationnelle, imaginaire et symbolique.
  3. Des compétences au sens de Guy Le Boterf dans le « portefeuille de compétences » et de Pierre Lévy dans son arbre de la connaissance. Techné et métis se rejoignent dans l’expérience que nous avons de notre action sur le monde. Tout acte de la vie quotidienne mobilise des compétences, ou des talents.
  4. Des outils de communication
    1. Groupes de pensée et de « prières ». Dans une compréhension « quantique » de la réalité, la pensée fait partie des phénomènes « naturels » et interagit avec les autres phénomènes.
    2. Petites communautés d’apprentissage (PCA). Cette technique permet de partager en petits groupes – idéalement trois personnes, la compréhension et les points de vue sur tel ou tel aspect d’une question, d’un projet, d’une discours, d’enrichir les points de vue de chacun par celui des autres, avant que chacun se « retire en soi » pour exprimer ce qu’il a appris du partage avec les autres.
    3. Techniques Métaplan. Le Métaplan et ses émanations sont des méthodes de discussion par écrit ou la pensée de l’un n’efface pas celle de l’autre mais coexiste avec elle. Les pensées sont collectivement rassemblées en « baskets » et donnent lieu à des discussions complémentaires « stockées ».
    4. Groupes Balint. Mis au point par le Dr Balint pour enrichir les compétences de médecins isolés dans leurs pratiques, cette méthode consiste à se centrer sur un cas présenté par l’un des membres du groupe Balint. Les autres participants se comportent comme des analysants qui « poussent » le médecin dans ses retranchements » jusqu’à mettre en évidence la logique qui l’a amené à faire son diagnostic et à prescrire son ordonnance.
    5. Philipps 6×6. Sur un sujet choisi par les participants, ils s’organisent en groupes de 6 qui réfléchissent chacun de son côté, présentent sans discussion le point où ils en sont au bout de six minutes, et ce six fois de suite, chaque groupe étant progressivement enrichi par les réflexions les uns des autres.
    6. World café (cf. annexe)
    7. Forums ouverts
    8. Innovation search. Par exemple, on regroupe une quarantaine de personnes représentatives de l’entreprise pendant trois jours. On les expose à des conférenciers sur l’ensemble des domaines qui concernent l’entreprise avant de les faire « créativer » sur toutes les actions possibles. En trois jours, on récolte plus de 2000 suggestions, traitées par un groupe de dix experts pour arriver à une quarantaine d’actions expérimentées et mises en œuvre.

Le coaching de l’IC

  1. Le coaching de l’IC est une activité spécifique, qui n’a rien à voir avec le team building ou le coaching d’équipe. Il se rapproche plus du coaching d’organisation dans une approche d’OD (organization development ; développement des organisations) ou de coaching de créativité et innovation (cf. commission ICFF coaching créativité/innovation)
  2. J’ai volontairement ignoré les techniques pratiquées sur internet, parce qu’elles ne remplissent pas à mon avis les conditions de l’IT, en particulier la communauté affective, la relation de confiance, la fonction symbolique des représentations et le projet commun. Au contraire, je remarque des déviations trop fréquentes qui conduisent plus à la bêtise collective qu’à l’IC. Mais je suis prêt à changer d’avis. Je précise que j’utilise google group avec mes associés et les membres de mes réseaux.
  3. Le coach d’IC doit s’assurer que les participants pratiquent les différentes intelligences telles qu’identifiées par Gardner ou Koestenbaum.
  4. La première action consiste à confronter les participants de la communauté à un ensemble d’exercices mentaux issus des méthodes de développement cognitifs ou de gestion mentale (opérations mentales, PEI, ARL, Tanagra, cubes de Miallet, APIH,…)
  5. La suivante est de les mettre en mouvement physique pour leur faire expérimenter l’intelligence somatique. Je retrouve une partie des jeux pratiqués autrefois dans les villages, courses en planches, jeux de bois, franchissement d’obstacles, etc. qui rassemblent les intelligences logiques, autant que les intelligences d’équipes et les énergies.
  6. Pour stimuler la créativité et les fonctions symboliques, le coach utilise les pratiques narratives…
  7. Il me semble fondamental de ne pas en rester avec la production collective d’idées. Nous réservons systématiquement du temps pour la récupération individuelle des échanges collectifs, à travers les PPM (petites pensées du matin), les PPS (petites pensées du soir), les best of (périodes d’appropriation des idées et de leurs applications concrètes).
  8. L’IC bien comprise ne peut pas se contenter d’un one-shot. L’accompagnement d’une communauté se fait dans le temps pour que « son niveau d’intelligence » s’élève progressivement jusqu’à produire une efficacité pérenne, comme c’est le cas des Hopis de Colombie

Conclusion

  1. L’IC est la condition de survie de l’espèce humaine dès lors qu’elle s’appuie sur la transdisciplinarité chère à Basarab Nicolescu (cf. annexe)
  2. Le coaching le plus élevé est libérateur de talents. Les écosystèmes les plus « intelligents » sont ceux qui intègrent la diversité comme élément majeur d’évolution. Comme le dit Maurice Legrand, un ecosystème vivant est organisé. Il y a un ordre pour faire des apports utiles, fixé par les deux notions de compatibilité et de complémentarité. Le taux de compatibilité et de complémentarité des écosystèmes « performants » est supérieur à 75 %. « Une équipe doit compléter un fonctionnement individuel en renforçant l’utilité de chacun, elle ne doit en aucun cas désorganiser l’ecosystème en modifiant/diminuant les responsabilités de chacun dans l’organigramme fonctionnel et dans la chaine des processus ».
  3. Un outil de diagnostic des talents : le MAP-UP
    1. Le MAP-UP intègre les travaux de Paul Diel sur la psychologie de la motivation, approche de la psychologie des profondeurs
    2. Ceux de Debailleul (en particulier) sur la symbolique des contes
    3. Et ceux de Maurice Legrand sur les logiques de fonctionnement issues de la neuropsychologie
    4. La combinaison des talents concourt à la transdisciplinarité.
      Le Map’UP met en évidence 18 logiques de fonctionnement interconnectées. Ces logiques sont exprimées en près de 6000 verbes d’action complétées par les attributs spécifiques. En fait, il existe 12000 verbes d’action et Gérard Ochem, le créateur du MAP’UP, ne retient comme Maurice Legrand que les verbes positifs. Le MAP’UP permet de repérer la spécificité de chacun et l’ensemble des logiques mises en œuvre ou pas.
  4. Le management humain prôné par Maurice Legrand est fondé sur cette vérité que l’intelligence croît tout au long de la vie dès lors qu’elle est entretenue, qu’elle n’est pas non plus réservée aux élites diplômées. Il rappelle les trois fondements des droits de l’homme et de notre république que sont la liberté, l’égalité et la fraternité – massacrés par notre société proprement inhumaine et sans lesquels il ne peut y avoir de réelle IC : liberté de participation et d’expression, égalité des personnes quant à leurs points de vue et arguments, fraternité au sein de la communauté de travail et avec la communauté humaine, et perception d’une unité fondamentale avec la Nature.

Les 8 formes d’intelligence

D’après Peter Koestenbaum
8intelligences

Développer des intelligences multiples

D’après Peter Koestenbaum

La morale est rentable

Avant tout l’intelligence est ce qui permet de se mouvoir librement au sein de la réalité. C’est la faculté d’adaptation à son plus haut niveau. Elle vous apporte le succès parce qu’elle vous rend opératoire dans les innombrables recoins du réel.

L’homme réellement intelligent agit avec ce que les Italiens de la Renaissance appelaient sprezzatura, ce qui signifie facilité, élégance, sagacité et sûreté nées du talent et de l’expérience.

Si vous obtenez l’expansion d votre esprit (par l’étude et la pratique des intelligences multiples), que va-t-il se passer ? A quoi cette recherche peut-elle vous aider dans le business ?

La philosophie influencera la rentabilité en modifiant la conscience des dirigeants, dans les directions suivantes :

  1. la créativité : les cadres vont devenir plus inventifs. Leur esprit, libéré, imaginera de nouvelles solutions. Ils feront confiance à leur intuition, qui est la porte d’accès à l’inconscient, qui est expérience engrammée.
  2. l’énergie : ils travailleront dans l’enthousiasme, la joie, l’espoir, l’élan.
  3. la communication : ils feront naître chez les autres l’élan, la confiance, la loyauté, l’engagement.
  4. la clarté : ils contrôleront plus facilement leurs pensées, gagnant lucidité, vivacité, pénétration, brillant.
  5. l’éthique : il n’y a pas de véritable leadership sans une intégrité inattaquable et un sens achevé de l’équité.

Le World Café présente …


Café à emporter!
Un guide de référence pour faire la conversation…

Directives pour un Café

Ce n’est pas compliqué de mener une conversation de Café passionnante.
Votre propre imagination constitue la seule limite! La présentation d’un Café est flexible et s’adapte à maintes circonstances. En combinant ces directives, vous stimulerez le dialogue commun, l’engagement actif et des possibilités d’actions constructives.

Précisez le but
Prêtez attention depuis le début à la raison pour laquelle vous réunissez du monde. Si vous connaissez la raison du rassemblement, vous pouvez envisager les participants qui devraient être présents ainsi que les paramètres dont dépend la concrétisation de votre but.

Créez un espace accueillant
Des patrons de Café de par le monde soulignent la force et l’importance de la création d’un espace accueillant, sécurisant et attrayant. Si les gens se sentent à l’aise et qu’ils peuvent être naturels, ils seront d’autant plus créatifs dans leurs pensées, leurs paroles et leur écoute. Réfléchissez en particulier à la manière dont votre invitation et l’aménagement physique contribuent à créer une ambiance accueillante.

Examinez des questions qui comptent
Le fait de trouver et de formuler des questions pertinentes à ceux qui prennent part à votre Café permet à la réflexion et l’attention de donner des résultats profonds. Votre Café peut se pencher sur une seule question ou sur plusieurs questions à développer afin de soutenir une suite logique de découvertes par le biais de plusieurs ensembles d’échanges. Les conversations de Café visent souvent autant à découvrir et à explorer des questions profondes qu’à trouver de réelles solutions.

Stimulez la contribution de chacun
En tant que dirigeants, nous sommes de plus en plus conscients de l’importance de la participation. Or, la plupart des gens ne veulent pas seulement participer, ils veulent activement contribuer à faire la différence. Il est important lors de votre réunion de stimuler tout un chacun à contribuer en communiquant leurs idées et leurs perspectives tout en permettant aux personnes de simplement écouter si c’est ce qu’elles désirent.

Associez différentes perspectives
Le Café offre l’opportunité de se déplacer entre les tables, de rencontrer de nouvelles personnes, de communiquer activement ses pensées et d’associer le fond de vos découvertes à des sphères de réflexion qui s’élargissent sans cesse. Les participants apportant des idées ou sujets-clés à de nouvelles tables, ils échangent des perspectives et enrichissent ainsi considérablement la possibilité de créer d’étonnantes idées nouvelles.

Guettez des idées et partagez des découvertes
A force d’écouter et de prêter attention à des sujets, des modèles et des idées, on commence à sentir des liens avec l’ensemble plus large. Après plusieurs conversations, il est utile de se lancer dans une conversation réunissant tout le groupe. Ainsi, le groupe peut établir des liens entre l’ensemble des sujets ou des questions actuelles.

Coup d’œil sur des conversations de Café

  • Placez quatre ou cinq personnes à de petites tables du style Café ou en petits groupes de dialogue.
  • Prévoyez des ensembles d’échanges progressifs (généralement trois) d’environ 20 à 30 minutes chacun.
  • Abordez des questions ou des sujets qui importent vraiment dans votre vie, votre travail ou votre communauté pendant que d’autres petits groupes examinent des questions semblables autour des tables voisines.
  • Encouragez les hôtes de table et les membres à noter, griffonner et tracer les idées-clés sur les nappes ou de noter les idées-clés sur de grandes fiches ou des sets de table placés au milieu du groupe.
  • A l’issue du premier échange, demandez à une personne de rester à sa place en tant que « hôte de table » pendant que les autres font fonction de voyageurs ou « d’ambassadeurs d’idées ». Les voyageurs peuvent apporter des idées-clés, des sujets et des questions dans les nouvelles conversations.
  • Demandez à l’hôte de table d’accueillir les nouveaux invités et de résumer les idées, questions et sujets principaux de la première conversation. Encouragez les invités à établir des liens entre les idées issues des conversations menées à la table précédente en écoutant les autres avec intérêt et en développant les contributions des autres.
  • Les idées, les questions et les sujets commencent à se raccorder et
  • à s’associer au fur et à mesure que les personnes se déplacent d’un échange à un autre. A la fin du deuxième tour, toutes les tables ou tous les groupes de dialogue auront fait l’objet d’une pollinisation croisée d’idées issues de conversations antérieures.
  • Lors du troisième tour d’échanges, les invités sont libres de retourner à leurs tables d’origine afin de faire la synthèse de leurs découvertes ou de poursuivre leurs visites à de nouvelles tables après avoir désigné un autre ou le même hôte. Une nouvelle question est parfois posée avant le début du troisième tour afin de stimuler l’intensification de l’exploration.
  • Après un certain nombre de tours de dialogue, prévoyez un temps pour l’échange des découvertes et des idées dans le cadre d’une conversation avec l’ensemble du groupe. Ce sont de telles conversations, organisées dans le même style que des réunions de quartier, qui permettent d’identifier des modèles, d’accroître les connaissances collectives et de créer des possibilités pour des actions.

Dès que vous aurez fixé le but que vous voulez atteindre et le temps dont vous disposez pour ce faire, vous pouvez déterminer le nombre de tours d’échanges approprié ainsi que la durée de ces échanges, l’utilisation la plus efficace des questions et la manière la plus intéressante d’associer et de marier des idées.

Etiquette de Café

  • Concentrez-vous sur ce qui importe.
  • Communiquez vos pensées.
  • Ouvrez votre esprit et votre cœur.
  • Ecoutez dans le but de comprendre.
  • Associez des idées et créez des liens.
  • Ecoutez ensemble quelles sont les idées et les questions profondes.
  • Jouez, griffonnez, dessinez – il est favorable d’écrire sur les nappes.

Amusez-vous!

L’importance de la (des) question(s) de Café

La (les) question(s) que vous choisissez ou que les participants découvrent lors d’une conversation de Café est (sont) essentielle(s) à la réussite de la conversation. Votre Café peut se pencher sur une seule question ou sur plusieurs questions à développer afin de soutenir une suite logique de découvertes par le biais de plusieurs ensembles d’échanges.

Ne perdez pas de vue que …

  • des questions bien formulées dégagent de l’énergie et attirent notre attention sur ce qui compte vraiment. Des hôtes de Café expérimentés recommandent les questions ouvertes, c’est-à-dire des questions auxquelles on ne peut pas répondre par oui ou par non.
  • de bonnes questions ne doivent pas nécessairement donner lieu à des démarches ou à la résolution de problèmes immédiate. Elles doivent favoriser l’interrogation et la découverte plutôt que le plaidoyer et la dominance.
  • vous savez que vous tenez une bonne question si elle continue à évoquer de nouvelles idées et à créer des possibilités. Mettez d’éventuelles questions posées par des personnes-clés participantes sur le tapis pour voir si elles suscitent un intérêt et si elles dégagent de l’énergie.

Une question profonde

  • Est simple et claire
  • Incite à la réflexion
  • Dégage de l’énergie
  • Se concentre sur l’interrogation
  • Fait ressortir des suppositions de l’inconscient
  • Crée de nouvelles possibilités

.

5 manières de visualiser les connaissances collectives

  • Utilisez un rapporteur graphique. Lors de certains événements de Café, un rapporteur graphique reproduit les idées du groupe, lancées pendant la conversation avec l’ensemble du groupe, sur des tableaux de conférence ou sur un tableau mural à l’aide de mots et de graphiques illustrant la structure de la conversation.
  • Faites le tour de la galerie. De temps à autre, les personnes afficheront les papiers composés à leur table au mur. Les membres peuvent profiter des pauses pour par-courir les idées du groupe.
  • Affichez vos idées. Les participants peuvent coller de grands Post-Its® sur lesquels figure à chaque fois une seule idée-clé sur un tableau, un mur, … afin que tout le monde puisse passer en revue toutes les idées pendant la pause.
  • Créez des groupes d’idées. Réunissez les idées mentionnées sur les Post-It® dans des « groupes de rapport » afin de visualiser les liens entre les idées et de les mettre à disposition des groupes planifiant la suite de leurs démarches.
  • Rédigez un récit. Certains Cafés rédigent un journal ou un livret dans le but de communiquer, après l’événement, les résultats de leurs travaux à un public plus large. Une personne peut être chargée du rapport visuel par la création d’un livre d’images accompagnées d’un texte explicatif.

.

Comment créer une ambiance de Café?

Que vous convoquiez plusieurs douzaines ou quelques centaines de personnes, il est capital de créer une ambiance suscitant tant la simplicité que l’intimité. Vos invités doivent savoir d’entrée qu’il ne s’agit pas d’une réunion ordinaire.

  • Choisissez, si possible, un espace éclairé par la lumière du jour et offrant une vue sur l’extérieur afin de créer une ambiance plus accueillante.
  • Créez une ambiance rappelant un véritable café équipé de petites tables pour quatre ou cinq personnes. Si moins de quatre personnes par table limite trop la diversité de perspectives, plus de cinq réduit la possibilité d’interaction personnelle.
  • Disposez les tables du Café de manière irrégulière et arbitraire et non en rangées ordonnées. Les tables en terrasse d’un café ouvert depuis quelques heures ont un aspect détendu et accueillant.
  • Placez des nappes vives et un petit vase sur chaque table. Si le lieu le permet, ajoutez également une bougie sur chaque table. Disposez des plantes ou de la verdure dans la pièce.
  • Mettez au moins deux grandes feuilles de papier sur chaque nappe ainsi qu’une chope ou un verre à vin rempli de marqueurs de couleur. Le papier et les feutres stimulent le gribouillage, les dessins et l’association d’idées. Les gens noteront ainsi les idées au fur et à mesure qu’elles naissent.
  • Placez une table de Café complémentaire à l’avant. Celle-ci pourra accueillir le matériel de l’hôte et de tout présentateur éventuel.
  • Envisagez d’exposer des œuvres d’art ou de mettre des posters au mur (comme de simples feuilles de tableau de conférence sur lesquelles figurent des citations). Mettez de la musique et accueillez les gens qui arrivent.
  • Prévoyez des boissons et des amuse-gueules dans un souci de respecter la tradition de communauté et d’hospitalité. Le concept d’un Café n’est pas fini sans nourriture ou sans rafraîchissement!

Laissez libre cours à votre imagination!
Soyez créatif!

Fournitures d’un World Café

  • De petites tables rondes d’un diamètre de 90 à 105 cm sont idéales, mais de petites tables de jeu feront également l’affaire.
  • Suffisamment de chaises pour tous les participants et les présentateurs.
  • Des nappes colorées.
  • Des feuilles d’un tableau de conférence ou des sets de tables en papier pour couvrir les tables de Café.
  • Des marqueurs de couleur à eau (afin qu’ils ne déteignent pas, Crayola® et Mr. Sketch® conviennent parfaitement). Dans un souci de lisibilité, utilisez des couleurs foncées (vert, noir, bleu et mauve). Ajoutez une ou deux couleurs vives dans la tasse (rouge, vert clair, bleu clair ou orange) pour mettre l’accent sur certains mots.
  • Un vase de fleurs coupées, une chope ou un verre à vin par table pour les marqueurs.
  • Une petite table d’appoint pour les rafraîchissements et les amuse-gueules.
  • Un tableau mural (2 m de long sur 120 cm) ou un tableau de conférence pour mettre les connaissances collectives en évidence et du papier collant pour les accrocher.
  • Un espace à plat sur le mur (4 m au minimum) ou deux tableaux blancs
  • à roulettes (1 x 2 m chacun).
  • Un espace libre complémentaire sur le mur (ou sur une fenêtre) permettant d’afficher les résultats du travail collectif et/ou du travail de chaque table.

Facultatif (en fonction de l’envergure et de l’objectif)

  • Rétroprojecteur et écran.
  • Chaîne stéréo pour les cassettes et/ou CD.
  • Musique de fond.
  • Des micros-cravates sans fil pour les hôtes de Café et des micros baladeurs sans fil pour les sessions organisées dans le style d’une réunion de quartier.
  • Des chevalets et des tableaux de conférence.
  • Des fournitures de base comme une agrafeuse, des trombones, des élastiques, des marqueurs, du ruban adhésif, des stylos, des épingles et des crayons.
  • Des fiches colorées de 10×15 cm ou 12×20 cm (pour la prise de note personnelle).
  • De grands Post-Its® de couleurs vives (10×15 cm) pour communiquer des idées.

Je suis l’hôte de Café, que dois-je faire ?

La tâche de l’hôte de Café consiste à veiller à la mise en œuvre des six directives pour le dialogue et l’engagement. Ce n’est pas tellement la forme des directives, mais la mise en pratique du fond qui importe. L’hôte d’un Café doit faire preuve de prévenance, d’un talent artistique et d’intérêt. Il peut faire la différence entre une conversation intéressante et une réflexion capitale.

  • Coopérez avec l’équipe de planification afin de déterminer l’objectif du
  • Café et de décider des personnes à inviter.
  • Donnez un nom correspondant au but à votre Café, par exemple: Café de direction; Café des connaissances; Café de stratégies; Café de la découverte; etc.
  • Aidez à formuler l’invitation.
  • Collaborez avec d’autres personnes afin de créer une ambiance de Café confortable.
  • Accueillez les participants dès leur arrivée.
  • Expliquez le but du rassemblement.
  • Formulez la question ou les sujets pour les tours de table et assurez-vous que la question est visible pour tout le monde sur un transparent, un tableau de conférence ou des fiches posées sur chaque table.
  • Expliquez les directives du Café et l’étiquette de Café. Affichez-les sur un transparent, une feuille de chevalet ou des fiches posées sur toutes les tables.
  • Expliquez la logistique du Café, y compris le rôle de l’hôte de table (la personne qui se proposera pour rester à table à l’issue du premier tour et accueillir les nouveaux venus à sa table).
  • Déplacez-vous entre les tables pendant la conversation.
  • Encouragez toutes les personnes à participer.
  • Rappelez aux participants qu’ils peuvent noter des idées, griffonner et dessiner.
  • Faites gentiment comprendre aux participants qu’il est temps de se déplacer et de commencer un nouveau tour d’échanges.
  • Assurez-vous que les idées principales sont représentées visuellement ou réunies et affichées si possible.
  • Soyez créatifs et adaptez les six directives du Café afin qu’elles répondent aux besoins spécifiques de votre situation.

Je suis un hôte de table, que dois-je faire?

  • Rappelez aux personnes assises à votre table de prendre note des associations, idées, découvertes et questions approfondies au fur et à mesure qu’elles apparaissent.
  • Restez assis lorsque les autres quittent la table. Accueillez les personnes arrivant d’une autre table.
  • Résumez les idées principales issues de la conversation précédente afin de permettre aux autres de faire des associations et de les développer en se basant sur les idées issues des tables qu’ils viennent de quitter.

Restez en contact !

Tout comme le concept du Café en soi, le présent guide évolue. Si vous faites des expériences en tant qu’hôte de conversations de Café, nous serions ravis d’en savoir plus sur vos pratiques et sur vos suggestions susceptibles d’améliorer ce guide. Envoyez vos idées et vos commentaires à info@theworldcafe.com. Pour plus de renseignements, pour découvrir des récits, des conseils pour les hôtes, des articles et des liens vers des initiatives connexes de Café et de dialogues, n’hésitez pas à visiter notre site à l’adresse http://www.theworldcafe.com

Que sont des conversations de Café?

Les conversations de Café sont une méthode conviviale pour la création d’un réseau vivant de dialogue commun autour de questions qui sont importantes au profit du véritable travail. Les noms des Cafés établis varient en fonction du but qu’ils visent: Cafés créatifs, Cafés de connaissances, Cafés de stratégies, Cafés de direction, Cafés de marketing ou encore Cafés pour le développement de produits. La plupart des conversations de Café reposent sur les principes et la forme conçus par The World Café (voir http://www.theworldcafe.com), une tendance générale et croissante à favoriser les conversations qui comptent au sein de structures d’entreprises, gouvernementales et communautaires de par le monde.

Les conversations de Café sont également une métaphore qui donne à penser et qui nous permet de découvrir de nouvelles manières de changer nos vies et notre travail. La force de la conversation est tellement invisible et naturelle que nous la négligeons généralement. Il suffit par exemple de penser à l’apprentissage et aux choix d’actions qui surviennent lorsque les personnes se déplacent d’une conversation à une autre, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’organisation, avec des fournisseurs, des clients ou d’autres personnes de la communauté. Et si on considérait toutes ces conversations comme un grand Café dynamique et chaque emploi, chaque fonction comme une table dans un réseau plus vaste de conversations vivantes, ce qui est le processus fondamental pour partager nos connaissances collectives et pour déterminer notre futur? Lorsqu’on est conscient du pouvoir de la conversation en tant que processus clé des affaires, on peut l’utiliser de manière plus efficace au profit de tous.

Quels sont les points capitaux de la méthode du Café ?
Nous avons rédigé une série de directives pour réussir une conversation à l’aide de dialogue et d’engagement. Vous n’imaginez pas à quel point la qualité des résultats obtenus s’améliorera si vous appliquez ces directives lors de la planification de vos réunions. La mise en œuvre simultanée de toutes ces directives lorsque vous êtes l’hôte d’une conversation de Café vous permettra de créer un environnement de Café unique susceptible d’engendrer des résultats surprenants et utiles.

Traduction du texte publié sur le site http://www.theworldcafe.com
Le concept du Café part de l’idée que les personnes disposent déjà de la sagesse et de la créativité nécessaires pour relever les défis les plus durs.
Dans le contexte approprié et avec l’attention nécessaire, il est possible d’accéder à ces connaissances plus profondes quant aux choses qui importent vraiment et de les utiliser.

© 2002 Whole Systems Associates. Please feel free to copy and distribute with acknowledgement of The World Café Community as author. The French translation was kindly realized with the assistance of the Belgian Federal Police, Documentation Center and Directorate of the Relations with the Local Police.

Charte de la Transdisciplinarité

Document figurant en annexe de NICOLESCU Basarab, La transdisciplinarité – Manifeste, Editions du Rocher, 1996, p. 214-229
Charte adoptée lors du premier Congrès Mondial de la Transdisciplinarité : Convento da Arrábida, le 6 novembre 1994
Comité de rédaction de la charte Lima de Freitas, Edgar Morin et Basarab Nicolescu

Préambule

Considérant que la prolifération actuelle des disciplines académiques et non-académiques conduit à une croissance exponentielle du savoir, ce qui rend impossible tout regard global de l’être humain,

Considérant que seule une intelligence qui rend compte de la dimension planétai-re des conflits actuels pourra faire face à la complexité de notre monde et au défi contemporain d’autodestruction matérielle et spirituelle de notre espèce,

Considérant que la vie est lourdement menacée par une technoscience triom-phante, n’obéissant qu’à la logique effrayante de l’efficacité pour l’efficacité,

Considérant que la rupture contemporaine entre un savoir de plus en plus accu-mulatif et un être intérieur de plus en plus appauvri mène à une montée d’un nouvel obscurantisme, dont les conséquences sur le plan individuel et social sont incalculables,

Considérant que la croissance des savoirs, sans précédent dans l’histoire, accroît l’inégalité entre ceux qui les possèdent et ceux qui en sont dépourvus, engendrant ainsi des inégalités croissantes au sein des peuples et entre les nations sur notre planète,

Considérant en même temps que tous les défis énoncés ont leur contrepartie d’espérance et que la croissance extraordinaire des savoirs peut conduire, à long terme, à une mutation comparable au passage des hominiens à l’espèce humaine,

Considérant ce qui précède, les participants au Premier Congrès Mondial de Transdisciplinarité (Convento da Arrábida, Portugal, 2-7 novembre 1994) adoptent la présente Charte, comprise comme un ensemble de principes fondamentaux de la com-munauté des esprits transdisciplinaires, constituant un contrat moral que tout signatai-re de cette Charte fait avec soi-même, en dehors de toute contrainte juridique et institu-tionnelle.

Article 1 :

Toute tentative de réduire l’être humain à une définition et de le dissoudre dans des structures formelles, quelles qu’elles soient, est incompatible avec la vision transdisci-plinaire.

Article 2 :

La reconnaissance de l’existence de différents niveaux de Réalité, régis par des logiques différentes, est inhérente à l’attitude transdisciplinaire. Toute tentative de réduire la Réalité à un seul niveau, régi par une seule logique, que ne se situe pas dans le champ de la transdisciplinarité.

Article 3 :

La transdisciplinarité est complémentaire de l’approche disciplinaire ; elle fait émerger de la confrontation des disciplines de nouvelles données qui les articulent entre elles ; et elle nous offre une nouvelle vision de la Nature et de la Réalité. La transdisciplinarité ne recherche pas la maîtrise de plusieurs disciplines, mais l’ouverture de toutes les disci-plines à ce qui les traverse et les dépasse.

Article 4 :

La clef de voûte de la transdisciplinarité réside dans l’unification sémantique et opérati-ve des acceptions à travers et au-delà des disciplines. Elle présuppose une rationalité ouverte, par un nouveau regard sur la relativité des notions de « définition » et d’ « objectivité ». Le formalisme excessif, la rigidité des définitions et l’absolutisation de l’objectivité, comportant l’exclusion du sujet, conduisent à l’appauvrissement.

Article 5 :

La vision transdisciplinaire est résolument ouverte dans la mesure où elle dépasse le domaine des sciences exactes par leur dialogue et leur réconciliation, non seulement avec les sciences humaines mais aussi avec l’art, la littérature, la poésie et l’expérience intérieure.

Article 6 :

Par rapport à l’interdisciplinarité et à la multidisciplinarité, la transdisciplinarité est multiréférentielle. Tout en tenant compte des conceptions du temps et de l’Histoire, la transdisciplinarité n’exclut pas l’existence d’un horizon transhistorique.

Article 7 :

La transdisciplinarité ne constitue ni une nouvelle religion, ni une nouvelle philosophie, ni une nouvelle métaphysique, ni une science des sciences.

Article 8 :

La dignité de l’être humain est aussi d’ordre cosmique et planétaire. L’apparition de l’être humain sur la Terre est une des étapes de l’histoire de l’Univers. La reconnaissance de la Terre comme patrie est un des impératifs de la transdisciplinarité. Tout être hu-main, au titre d’habitant de la Terre, est en même temps un être transnational. La recon-naissance par le droit international de la double appartenance – à un pays et à la Terre – constitue un des buts de la recherche transdisciplinaire.

Article 9 :

La transdisciplinarité conduit à une attitude ouverte à l’égard des mythes et des reli-gions et de ceux qui les respectent dans un esprit transdisciplinaire.

Article 10 :

Il n’y a pas un lieu culturel privilégié d’où l’on puisse juger les autres cultures. La démar-che transdisciplinaire est elle-même transculturelle.

Article 11 :

Une éducation authentique ne peut privilégier l’abstraction dans la connaissance. Elle doit enseigner à contextualiser, concrétiser et globaliser. L’éducation transdisciplinaire réévalue le rôle de l’intuition, de l’imaginaire, de la sensibilité et du corps dans la trans-mission des connaissances.

Article 12 :

L’élaboration d’une économie transdisciplinaire est fondée sur le postulat que l’économie doit être au service de l’être humain et non l’inverse.

Article 13 :

L’éthique transdisciplinaire récuse toute attitude qui refuse le dialogue et la discussion, quelle que soit son origine – d’ordre idéologique, scientiste, religieux, économique, poli-tique, philosophique. Le savoir partagé devrait mener à une compréhension partagée, fondée sur le respect absolu des altérités unies par la vie commune sur une seule et même Terre.

Article 14 :

Rigueur, Ouverture et Tolérance sont les caractéristiques fondamentales de l’attitude et de la vision transdisciplinaire. La rigueur dans l’argumentation qui prend en compte toutes les données est le garde-fou à l’égard des dérives possibles. L’ouverture comporte l’acceptation de l’inconnu, de l’inattendu et de l’imprévisible. La tolérance est la recon-naissance du droit aux idées et vérités contraires aux nôtres.

Article final :

La présente Charte de la transdisciplinarité est adoptée par les participants au Premier Congrès Mondial de la Transdisciplinarité, ne se réclamant d’aucune autre autorité que celle de leur œuvre et de leur activité.

Selon les procédures qui seront définies en accord avec les esprits transdisciplinaires de tous les pays, la Charte est ouverte à la signature de tout être humain intéressé par les mesures progressives d’ordre nationales, international et transnational pour l’application de ses articles dans la vie.